Participer au site : news photo video
avatar Se connecter
Jigoro kano

Jigoro kano


groupesToute l'association

Jigoro Kano naquit le dimanche 28.10.1860 à Mikage, dans le district de Hyogo, au Japon. Ce fut le troisième fils de KANÔ Mareshiba Jirosaku et KANÔ Sadako. Il portait le nom de Shinnosuke. Son signe astrologique chinois était le singe et son signe du zodiac était le scorpion. Son nom de famille lui vint de sa mère, car son grand-père était Lord MARETAKE Shogenji. Jirosaku Mareshiba, le père de Jigoro, naquit à Sakamoto et était le second fils de MARETAKE Shogenji. Il travaillait chez KANÔ Jisaku et fut adopté par la famille. Il épousa alors Sadako et son fils fut un KANÔ quand il naquit.

Sa mère décéda en 1869. Quand KANÔ jigoro était jeune, ses camarades se moquaient de lui car il était petit, léger et frêle. Il détestait perdre. En 1870, à ses dix ans, il reçut le sabre du samurai juste avant que l’Empereur du Japon n’en interdise le port.Il arriva à Tokyo en 1871. En 1877, KANÔ Jigoro entra à l’université impériale de Tokyo. Comme il était fragile et détestait les moqueries des autres, il s’adonna au sport. Il commença par la gymnastique, mais cela ne lui suffisait pas. Il fit ensuite du base-ball et fonda le premier club du Japon, le Kasei Base-Ball Club, en 1878.A dix-sept ans, il débuta le Ju-jitsu avec FUKUDA Hachinosuke au Tenjin-Shinyo Ryu. KANÔ Jigoro allait au dojo tous les jours, malgré certaines absences du maître dues à sa maladie. Grâce à ce nouvel art martial, il devint plus résistant, mais resta toujours petit avec ses 150 cm… Dans les cours, il y avait un élève nommé KENKICHI Fukushima. Il pesait près de 90kg et était très fort. Quand le maître était absent, c’était lui qui donnait le cours. KANÔ Jigoro ne l’aimait pas beaucoup car il profitait de sa supériorité pour le battre. Un jour, après avoir bien observé le cours de KENKICHI Fukushima, KANÔ Jigoro lui demanda de venir se battre. Il accepta et se leva, lis étaient à deux mètres l’un de l’autre et KANÔ Jigoro ne bougeait pas. Alors l’autre lui demanda pourquoi. Jigoro lui répondit simplement qu’il l’attendait. Furieux, Fukushima s’élança sur Jigoro. Celui-ci se baissa rapidement et le fit passer par-dessus ses épaules. Fukushima dut s’avouer vaincu. Il lui demanda ce qu’était cette technique et Jigoro lui répondit qu’il pensait l’appeler « Kata Guruma” (roue des épaules). À la mort de FUKUDA Hachinosuke, en 1879, KANÔ Jigoro devint disciple direct d’ISO Masashi, qui détenait les secrets d’ISO Masamoto. Il entra au Kito Ryu, où il découvrit le principe « Seiryoku zen’yo ». Il apprit les techniques de sumo et redécouvrit l’ancien art des saisies, Kumi Uchi, qui devint le Kumi Kata du judo. ISO Masashi décéda en 1881. KANO Jigoro rechercha un nouveau maître et trouva likubo. De toutes ses études, il fit une synthèse des arts martiaux qu’il connaissait et créa le Judo en janvier 1882, à Tokyo. En 1883, Jigoro hérita des documents secrets du Kito Ryu. En 1884, KANÔ Jigoro ouvrit le « Livre des Serments » qui était le relevé des admissions officielles au Kodokan. En août 1891, KANÔ Jigoro se maria avec TAKEZOE Sumako, fille de TAKEZOE Seisi. ils eurent neuf enfants, dont KANÔ Risei. En 1909, il fut élu premier membre asiatique du Comité International Olympique (CIO) et travailla au développement du Judo dans le monde entier. En 1911, il créa la « Japan Athletic Association » et il fut élu président de la fédération sportive japonaise. En 1915, KANÔ Jigoro reçu la médaille des septième Jeux Olympiques de la main du Roi de Suède. En 1920, il prit sa retraite et alla assister au Jeux Olympiques d’Anvers. En 1922, il rencontra GICHIN Funakoshi, créateur du Shotokan karatedo et l’invita à une démonstration de Judo. En 1926, une séction féminine fut créée au Kodokan. KANÔ Jigoro rencontra UESHIBA Morihei, le fondateur de l’aikido, en 1930. En 1936, il alla assister au Jeux Olympiques de Berlin.

KANÔ (Shinnosuke) Jigoro décéda d’une pneumonie à bord du bateau Hikawa Maru, le 04.05.1938 à 06h30. Il rentrait du Caire mais n’arriva jamais au port de Yokohama. Cet homme refusait toujours de participer aux repas où les gens fumaient. Il n’aura jamais fumé de sa vie. Il est mort, mais nous a laissé le Judo et de nombreux grands maîtres.

Aujourd’hui, il repose en paix à Matsudo, à 60km de Tokyo où il vécut et créa le Kodokan-Judo.

Calendrier

La page Facebook

Rejoignez-nous sur notre page facebook !! 

https://www.facebook.com/profile.php?id=100006735677635

Covoiturage

Aucun contenu à afficher.

Libre

Aucun contenu à afficher.